C’est en 1984 que Serge Drijakoff ouvre son atelier de lutherie à Chambéry. Il  entreprend des études personnelles sur la facture instrumentale, en guitare classique tout d’abord, et sur la facture du quatuor classique : violon, alto, violoncelle et contrebasse, puis il  se spécialisera dans la fabrication du violon et de l’alto.

Ses études sur la facture instrumentale lui feront découvrir l’œuvre du célèbre luthier  italien Simone Sacconi qui a écrit un ouvrage majeur sur l’œuvre d’Antonio  Stradivari. Il complétera son étude sur l’architecture du violon par l’étude du traité de lutherie de François Denis. Depuis plus de 35 ans Serge Drijakoff fabrique et restaure violons et altos  .Les trois critères qui définissent la fabrication de Serge Drijakoff sont le respect des traditions transmises par les Anciens, l’amour de la perfection, la beauté du son. Sans vouloir à tout prix innover dans un métier de tradition séculaire, Serge Drijakoff s’est toujours interrogé sur les facteurs qui déterminent la belle sonorité d’un instrument, toujours occupé avec passion à « soigner » la production du son de ses instruments et nous  savons que cette quête de perfection n’a pas de fin. Dans sa recherche sur la production du son il recevra l’enseignement d’un maître luthier qui lui transmettra le savoir nécessaire à la fabrication d’instruments de concert, tâche complexe, délicate et qui nécessite un réel apprentissage.

Les violons et altos de Serge Drijakoff sont recouverts d’un vernis à l’huile de sa fabrication.